Le guide de votre bien-être à domicile

Ustensiles en inox

Actualités

Nettoyer une casserole brûlée : nos conseils

Les erreurs arrivent bien à tout le monde, aussi bien aux professionnels qu’aux amateurs. En effet, il suffit de quelques minutes d’inattention pour brûler une casserole en inox. Le résultat, une casserole noire avec un film qui semble impossible à enlever. Toutefois, ce n’est pas une mission impossible, enlever les tâches de brûlure sur une casserole n’est pas sorcier, il suffit d’avoir les bons ingrédients. Si vous avez brûlé votre casserole, le premier réflexe est d’ajouter suffisamment d’eau pour couvrir la partie brûlée de la casserole plus quelques centimètres. Ensuite, ajoutez-y une quantité généreuse de détergent à vaisselle et faites bouillir à feu vif. Réduisez le feu et laissez mijoter pendant 15 minutes. Vous n’avez plus qu’à gratter le film avec une cuillère puis de frotter avec un tampon à récurer et la casserole retrouve sa brillance.

Enlever la graisse sur l’inox : nos conseils

Vous avez du mal à enlever les traces graisseuses de votre casserole ? Tout ce que vous avez besoin c’est d’un détergent pour vaisselle, de l’eau chaude, d’un grand bassin et d’un tampon spécial. Premièrement, remplissez votre lavabo ou une cuvette d’eau chaude et ajoutez-y une bonne quantité de détergent à vaisselle. Ensuite placez la casserole dans le mélange et laissez trempez toute la nuit. Le lendemain, frottez la casserole avec un tampon à récurer et rincez abondamment pour éliminer toute trace de savon. Et voilà, votre casserole est comme neuve !

Enlever les calcaires sur l’inox : nos conseils

L’inox est un matériau très résistant et qui dure dans le temps mais il exige aussi un entretien assez spécifique. Si votre cocotte ou casserole présente des traces de calcaire c'est-à-dire qu’il y a des traces colorées au fond qui ressemble un peu à de la rouille, l’ingrédient qu’il vous fait est le vinaigre blanc. Ce produit vous aide à retrouver la brillance de votre ustensile en inox. Pour cela, il suffit de mélanger à part égale de l’eau et du vinaigre blanc dans un vaporisateur. Ensuite il faut pulvériser le mélange sur les zones tâchées de calcaire, laissez agir quelques minutes avant de rincer à l’eau. Enfin, vous pouvez sécher à l’aide d’un chiffon propre et le tour est joué.

Des entonnoirs pour des plats soignés

Ustensile phare dans une cuisine digne de ce nom, l’entonnoir est essentiel et pratique pour réussir les mini quiches et les bouchées apéritives. Souvent délaissé au profit des passoires ou des fouets, l’entonnoir a longtemps prouvé son efficacité en ce qui concerne le remplissage des petits moules.

Un entonnoir

De forme conique et terminé par un tube, l’entonnoir facilite le passage d’un liquide, d’une pâte, d’une poudre ou d’un coulis dans une petite ouverture. Il sert également dans le décantage du vin. Qu’il soit doté de piston ou non, l’entonnoir est disponible en inox, en étain ou en polypropylène. A noter que le tout premier entonnoir à décanter « Ellipse » de Peugeot était réalisé avec de l’étain et contenait une filtre cloche. A partir de ce premier pas, les marques et les designers rivalisent de créativité pour proposer aux consomateurs différentes formes et utilisations de cet ustensile en inox :

Entonnoir pliable de la marque Périgot.

Entonnoir sous forme de fleur chez Manta Design.

Avec la tête de Pinocchio chez A Di Alessi.

Sous forme de tube pour le piston doseur efficace pour les crèmes, les mousses et les pâtes.

Passer, filtrer et verser avec l’entonnoir 3 en 1 de Cuisipro.

Spécial recyclage d’huile domestique et bouchon domestique chez Sophalys.

Spécial épices pour remplir les moulins à poivres et à sel pour Francis Batt.

Modèles pratiques, résistants aux températures élevées, dotés de base et de douilles chez les marques Matfer et Lacor.

Entonnoir à piston en petit format avec une contenance de 0,8 litre (Kwik) et réglage de débit pour les liquides fluides : sauces, pâtes à blinis ou alcool.

Centre-ville de Périgueux : quel budget pour ouvrir un restaurant ?

Ouvrir un restaurant, un projet qui ambitionne de nombreuses personnes mais il nécessite un investissement assez important. Si vous avez décidé de réaliser votre projet culinaire dans le Centre-ville de Périgueux, voici les étapes importantes et le coût estimatif de la réalisation.

La première étape c’est d’imaginer votre restaurant. Comment il sera, la décoration, l’ambiance, les spécialités, le nombre de tables etc…Pour être certain de ne rien oublier que ce soit pour les point négatifs ou positifs, l’avis d’un professionnel vous sera d’une très grande aide. Le Cabinet d’affaires Michel Simond, dirigé par Olivier Faye est spécialiste dans le domaine. Il vous conseillera dans toutes les démarches et aussi les difficultés auxquelles vous seriez confronté. Lorsqu’il s’agit d’un restaurant, l’emplacement joue un grand rôle. Pour trouver un local bien placé dans la norme, il faut compter environ 100 000 euros. Une fois le local établi, une étude de faisabilité et de rendement du projet est faite par le cabinet avant de le présenter à la banque. Le cabinet se charge des démarches juridiques et administratives afin de vous apporter l’aide financière nécessaire.

Côté aménagement, la restauration de la devanture du restaurant coûte au moins 800 euros. Cartes de visite, sets de table, logo pas compris.

Pour une ambiance cosy à l’intérieur, 2 tables rectangulaires, 16 tables carrées et 40 chaises coûtent environ 5 240 euros. La vaisselle, les couverts, les serviettes et les chemins de table demandent un investissement de 1850 euros en moyenne. Il faut aussi penser aux fournisseurs pour les produits (fruits, légumes, viandes, laitages, jus…). Les prix sont variables d’année en année mais il y a beaucoup de fournisseurs locaux. Les marchandises peuvent aller jusqu’à 107 890 euros. Voilà les essentiels mais il y a encore beaucoup à budgétiser comme les matériels de cuisine, la caisse enregistreuse, les employés, les rideaux …Bref, ouvrir un restaurant nécessite beaucoup d’argent. Avant de franchir le pas, assurez-vous de sa rentabilité.

Cuisine : le choix des couteaux

En cuisine, il existe autant de modèles de couteaux que d’ingrédients à préparer. Pour vous aider à choisir le couteau qui répond le plus à vos attentes, voici un récapitulatif des modèles de couteau disponibles sur le marché et les types de préparations qui y sont adaptés.

Le couteau pour éplucher

Pour réduire le temps à éplucher les légumes et les fruits, choisissez des modèles légers, pratiques et faciles à maniables. Ils doivent également avoir une pointe solide.

Le couteau à carpaccios

La finesse des tranches est le secret de la réussite des carpaccios de viande, de poisson ou de Saint-Jacques. Si vous avez du mal à choisir, optez plutôt pour un couteau à jambon.

Le couteau pour les légumes

Tout comme le couteau à éplucher, il doit avoir une pointe solide et un tranchant lisse. Si vous projetez de réaliser des juliennes de légumes, il existe des modèles avec lame dentelée qui créeront des formes inattendues.

Le couteau universel

Ici, il s’agit d’un ustensile en inox passe partout qui aide à couper les petits morceaux et qui s’adapte à toutes les préparations.

Le couteau à pain

Ce modèle est dentelé pour faciliter le tranchage des produits boulangers, des pâtés en croûte ou des viandes braisées.

La viande

Pour traiter la viande, choisissez des couteaux à steak qui permettent d’avoir des tranches nettes et les couteaux pour désossage dotés de lame courbée.

Les fruits de mer

Un couteau avec lame étroite et flexible aide beaucoup à faciliter le prélèvement des filets de poisson. Pour réaliser des sushis, il existe des modèles en céramique tandis que les huitres nécessitent une lancette.

Cuisine : des matériels professionnels très performants

Le salon Equip'Hôtel qui vient de se dérouler à Paris, porte de Versailles a été l’occasion de découvrir les dernières nouveautés en termes d’appareils de cuisine professionnels. Selon l’importance de la production culinaire, il existe tout un ensemble de catégories regroupant les matériels légers et portables et les installations plus stables

Des étapes indispensables

Quelque soit les étapes de préparation en cuisine, elles nécessitent l’utilisation de bons matériels pour l’épluchage, le nettoyage, le découpage ou le broyage. Parmi les marques présentes à l’événement, Robot Coupe dispose d’un système breveté « Easy Plugé » pour sa nouvelle génération de mixer plongeant qui aide beaucoup les cuisiniers avec son système de remplacement rapide du cordon d’alimentation. Pour les espaces de travail glissants, il dispose d’un petit ergot situé sous le bloc moteur qui peut servir de point d’appui. Il est également doté d’une poignée ergonomique. Pour ce qui est du domaine des ustensiles en inox, le combiné cutter/coupe légumes R652 et R652 V dispose de plusieurs options d’utilisation avec ses 50 disques inox, ses 3 couteaux et sa goulotte métallique extra large.

L’usage domestique

Cet événement sert de référence à toutes les personnes qui cherchent à investir dans du matériel professionnel à usage ménager. Bien que ce type d’ustensile soit beaucoup plus accessible en termes de prix, il faut toujours rester vigilent en ce qui concerne la qualité de la conception et de la fabrication qui a tendance à en limiter le nombre d’utilisation. Il existe également des défaillances au niveau du moteur et des autres parties mécaniques.

Couteaux : des ustensiles perfectionnés

En art de la table, les ustensiles jouent un rôle important dans la recherche du plaisir sensuel : la vue, l’odorat, le goût. Parmi les pièces indispensables créées par l’homme, les couteaux sont de plus en plus sophistiqués et sont utilisés par des restaurateurs qui procèdent au désossement des gigots devant leurs clientèles. A la Forge de Laguiole, Thierry Moysset élabore des modèles de qualité supérieure qui répondent aux attentes des consommateurs intransigeants sur la qualité du tranchant.

Du côté des grands spécialistes

Parmi les célèbres marques qui ont instauré une renommée mondiale dans la coutellerie, le suisse Zyliss propose entre autres deux types de couteau éplucheur : le premier est doté de lame dentée pour traiter les fruits et les aliments à peau épaisse tandis que le second est paré d’une lame courte sans dents pour les coupes franches. Chez Déglon, le Santoku s’inspire des couteaux alvéolés des cuisiniers japonais très utiles pour la découpe des aliments à chair.

Une contribution des designers

Parmi les designers qui ont trouvé une source d’inspiration dans la coutellerie figurent les géants Christian Ghion, Wilmotte, Putman, Raffy ou Starck. Sur le marché, ces couteaux sont édités en série limitée comme le modèle Essentiel de Christian Ghion pour Forge de Laguiole, manche inox, lame en T12 vendu à 900 euros. Elaboré en collaboration avec Virgilio Muñoz Caballero, meilleur ouvrier de France, il s’agit d’un véritable bijou d’innovation avec manche Dica pour parfaire la prise en main. Pour les petits budgets, l’Eplucheur couteau deux en un Zyliss, manche en plastique, lame en acier inoxydable est accessible à 11,90 euros.

Salon des métiers d’art : une version estivale

Du 31 août au 2 septembre, Sainte-Agathe-des-Monts organise une version estivale du salon des métiers d’art, un événement phare des périodes de fête de fin d’année qui fait la renommée de la ville.

Avec la présidence d’honneur de Lise Gaudreau-Régimbald, conseillère municipale, l’événement intitulé « L’été des métiers d’art » verra la participation de quelques seize artisans. Parmi eux, la couturière Martine Alarie présentera sa collection « Tartine », des accessoires pour bébé. Pour ce qui est de l’ensemble des objets exposés, elle explique : « Je suis la seule à travailler dans le textile. Il y aura de la fourrure, des bijoux faits d’ustensiles recyclés en inox qui sont magnifiques, de la poterie et même une graveuse sur pierre ». L’événement sera aussi l’occasion de trouver des objets rares en verre soufflé, verre fusionné et thermoformé. Il y aura également des ébénisteries et des mosaïques.

Des ateliers d’initiation
A part les articles exposés, l’événement sera également l’occasion de s’initier aux divers métiers d’art. Au programme, le 1er et 2 septembre de 11 h à 15 heures, des ateliers et des démonstrations de sculpture, de céramique, d’objets détournés et des tricotins seront mis à la disposition du public. Pour les enfants, l’événement sera l’occasion de voir des alpagas et goutter à des confiseries à base de pomme, d’érable et de chocolat.

Pour convier le public, la présidente d’honneur confirme : « Je suis convaincue que vous y ferez de belles découvertes et surtout des rencontres mémorables avec les artisans, ces gens de grand talent qui mettent tout leur c½ur dans leur travail ».

L’été des métiers d’art se tiendra à la Place Lagny, 2, rue Saint-Louis, à Sainte-Agathe-des-Monts, le vendredi 31 août, de 16h à 21h, et les 1er et 2 septembre, de 10h à 17h. Les ateliers et l’animation sur place auront lieu les 1er et 2 septembre, de 11h à 15h.

Le fer blanc à l’honneur de la « Fête du patrimoine industriel »

Initiée par la Manufacture de Wesserling, la « Fête du patrimoine industriel » se tiendra le 8 juillet 2012 à la Manufacture Royale de Bains les Bains, située au 88240 Bains-les-Bains. Cet événement verra la participation de quatorze sites industriels et musées techniques d’Alsace, de Franche-Comté et de Lorraine. Dans le but de faire découvrir le patrimoine du Grand-Est, les sites participants ont mis en places des programmes inédits dédiés aux trésors cachés du patrimoine industriel (objets ou bâtiments).

Pour que cette journée soit à la fois ludique et festive, les organisateurs prévoient des visites guidées gratuites pour tous.
Parmi les participants, la Manufacture Royale de Bains les Bains mettra en valeur le fer blanc, la ferblanterie du Royaume au XVIII° siècle ; une participation exceptionnelle de la Cour de Lunéville sur le collectionneur meusien Jean Paul Moussot permettra d’avoir un aperçu sur près de 300 ustensiles de cuisine ; Josette et Hubert Goubard de l’Association les amis du fer Blanc de Bazouges sur le Loir présenteront 400 objets usuels ainsi que leur ouvrage sur le fer blanc qui a fait les succès des cuisines avant l’invention de l’inox.

De son côté, la Machine à clous de Charles Levi restaurée par Guy Chassard sera visible dans la halle au charbon de la Manufacture qui présentera en même temps des expositions sur l’industrie mises en ½uvre avec le concours des Archives Départementales des Vosges : « L'ancienne métallurgie vosgienne ».

Au programme figurent également des visites guidées avec François Cornevaux et Marc Lechien dans le site industriel de 1733 protégé avec son château, sa chapelle, les maisons d’ouvriers, la halle au charbon, et l'étamerie.